mercredi 1 avril 2009

8860 Le châssis automobile

Je vous présente enfin ce set mythique.
En 1980 LEGO sort sa seconde "grosse voiture" qui pèse 662 pièces, sans le savoir la lignée des "supercars" est en route.

(cliquez sur les images pour les agrandir)


Depuis l'antique PKW de 1977 quelques nouvelles pièces technic sont apparues : Différentiel, ressorts de suspensions, roues dentées de 16 dents. Chose appréciable, LEGO ne nous fait pas un remake mais conçoit un tout nouveau châssis.


Si vous êtes dans la bonne tranche d'âge vous conviendrez que ce modèle était le rêve de tous les enfants jouant aux LEGO. Et pour les autres vous ne pourrez ignorer la beauté de cette auto.
Pourtant il n'y a ici aucun effort d'intégration, aucune prouesse technique mais plutôt des choix esthétiques judicieux, notamment pour les couleurs.


En y regardant de près la voiture se découpe en tranches : Le pare choc avant, le système de direction, la colonne de direction, les sièges, la boite à vitesses, le pont arrière suspendu et enfin le moteur.
Le châssis noir, les sièges rouges donnent le ton. Le coffre gris à l'avant vient combler un vide.
Le pont arrière occupe beaucoup de place et force le moteur en position porte à faux arrière. On note que le moteur est très soigné : ventilateur, faisceau d'allumage, pots d'échappement, couleurs sympa.
La boite à vitesse commence derrière les sièges pour terminer entre ceux-ci par un levier coulissant à 3 positions.
La direction est exceptionnelle. Les biellettes, la crémaillère et les porte fusées sont assemblé avec des plates et des pièces tournantes et reproduisent l'épure de Jeantaud : La roue intérieure du virage braque plus que la roue extérieure.
Les sièges sont réglables en profondeur et en inclinaison par des molettes visibles sur les côtés.


D'une manière générale l'intérêt de ce modèle est que les parties mécaniques sont laissées visibles : La boite de vitesse n'a que la partie supérieure de son carter, le moteur est à l'air libre ainsi que la direction.

Le seul défaut vient de la suspension arrière : Les simples triangles sont trop courts pour le débattement proposé, ainsi quand la suspension travaille les pneus glissent latéralement sur le sol. De plus les ressorts sont trop durs. A l'époque ce défaut n'était pas visible car nous étions aveuglés par "la suspension" qui représentait une innovation.


La jouabilité est très bonne :
- Toutes les commandes sont facilement accessibles.
- La géométrie de la direction fait que les roues ne glissent pas dans les virages.
- Le levier de vitesse permet de choisir 2 des 3 vitesses en roulant, la première vitesse étant utilisable seulement quand le modèle est motorisé (la troisième vitesse sera alors condamnée).
- Le moteur s'anime à merveille quand la voiture roule, accompagné du délicieux flop flop des gros pistons carrés.
- Le réglage des sièges permet une assise confortable, on note que les dossiers tiennent en position grâce à un cliquet un peu limite.

J'avais acheté ce set au début et je l'avais démonté pour avoir des pièces. Maintenant je pense que je ne vais plus la démonter tellement elle est incontournable.






Flop, flop, flop, flop flop flop flopflopflopflopflopflop....

1 commentaire:

  1. merci pour cette magnifique synthèse de tant de souvenirs...

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.